Déclaration publicitaire

Conflit au Moyen-Orient : investisseurs et marchés mondiaux en alerte

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
16 octobre 2023

Conflit au Moyen-Orient : investisseurs et marchés mondiaux en alerte

Le conflit au Moyen-Orient, en particulier les tensions croissantes entre Israël et le Hamas, met en alerte les investisseurs et les marchés mondiaux. Ce différend contemporain suscite des inquiétudes sur l’impact potentiel sur les prix du pétrole et sur l’ensemble du monde financier. À mesure que les événements se déroulent, les acteurs du marché surveillent attentivement les développements et évaluent les répercussions possibles.

Effondrement du shekel israélien, vulnérabilité des carry trades basés sur le yen

Le shekel israélien a déjà chuté à son plus bas niveau depuis huit ans face au dollar, reflétant l’incertitude et le risque liés au conflit. Les experts préviennent que les opérations de portage financées par le yen pourraient être les plus touchées par une nouvelle escalade de la guerre. Les investisseurs ayant vendu à découvert le yen pour investir dans des devises à rendement plus élevé pourraient inverser leurs positions et acheter le yen en tant qu’actif sûr.

Implications pour le carry trade dollar-yen

La monnaie japonaise pourrait également se redresser si la Réserve fédérale américaine suspend ses hausses de taux tandis que la Banque du Japon se sent contrainte de resserrer sa politique en raison de l’inflation interne. Les spéculations persistent sur la possibilité que la Banque du Japon puisse bientôt abandonner sa politique accommodante, ce qui pourrait avoir des implications significatives pour le carry trade dollar-yen. Un expert d’UBS à Londres a souligné les risques potentiels du surplomb dollar-yen, qui s’élève à près d’un demi-billion de dollars. Le conflit au Moyen-Orient est inflationniste, perturbe la croissance et met en danger les actifs risqués. Ces facteurs contribuent à l’anxiété du marché et à la nécessité d’une vigilance accrue.

Le dollar reste une valeur refuge

Parallèlement, le dollar, valeur refuge par excellence, se situe près d’un sommet hebdomadaire face à un panier de devises, indiquant la fragilité du sentiment de risque. L’euro et la livre sterling ont été relativement stables, tandis que les dollars australien et néo-zélandais ont enregistré quelques gains. Le marché attend avec impatience le discours du président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, prévu plus tard cette semaine, pour obtenir un aperçu des perspectives de la banque centrale en matière de taux d’intérêt.

Anticipation des futurs taux d’intérêt aux États-Unis

Les traders sont particulièrement intéressés par l’ampleur de la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis, surtout après que les données ont révélé des prix à la consommation plus élevés que prévu en septembre. Bien que le marché s’attende à ce que la Fed maintienne ses taux inchangés en novembre, il y a environ 32 % de chances d’une hausse des taux en décembre, selon l’outil FedWatch de CME.

Un impact global plus large

Le conflit en Israël a également eu des répercussions dans d’autres régions. Le paysage politique néo-zélandais a été marqué par une nette victoire du Parti national, conduisant à la formation d’un nouveau gouvernement. Ce changement a fait grimper le dollar néo-zélandais, car la stabilité politique est généralement considérée comme positive pour la monnaie.

Des temps incertains à prévoir

Au-delà des effets immédiats, les implications plus larges du conflit restent incertaines. La réaction du marché a été relativement modérée jusqu’à présent, mais le potentiel d’une nouvelle escalade est important. Les risques géopolitiques et leur impact sur les prix du pétrole sont très préoccupants. Si le conflit s’étend, il pourrait entraîner une flambée des prix du pétrole, ce qui pousserait les banques centrales à accélérer les hausses de taux d’intérêt pour gérer la situation.

Certains experts suggèrent que les États-Unis pourraient faire exception à cette tendance. Si les investisseurs se tournent vers les bons du Trésor, cela pourrait entraîner une baisse des taux et un renforcement du dollar. Cependant, le comportement du marché dépendra de l’évolution du conflit : restera-t-il localisé ou dégénérera-t-il en une guerre plus large au Moyen-Orient ?

Réflexions sur l’embargo pétrolier arabe de 1973

La situation actuelle au Moyen-Orient rappelle l’embargo pétrolier arabe de 1973 et son impact sur les prix mondiaux du pétrole. La guerre du Kippour, qui a commencé le 6 octobre 1973, a déclenché une crise pétrolière alors que l’OPEP réduisait sa production et augmentait ses prix. Le coût du pétrole a bondi de près de 300 %, entraînant des files d’attente dans les stations-service et des mesures de rationnement aux États-Unis.

Se préparer à l’imprévisible

Alors que le conflit en Israël se poursuit, il est essentiel de surveiller attentivement ses effets potentiels sur les marchés financiers et l’économie mondiale. La situation est en constante évolution et les acteurs du marché doivent rester vigilants et capables de s’adapter pour faire face aux défis et aux incertitudes qui les attendent. Les implications plus larges du conflit, en particulier en ce qui concerne les prix du pétrole, restent incertaines, et le comportement du marché dépendra de l’intensité de l’escalade ou de sa stabilisation. À mesure que les événements se déroulent, les acteurs du marché doivent rester prudents et capables de s’adapter pour relever les défis et saisir les opportunités qui se présentent à eux.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.