Déclaration publicitaire

Bataille judiciaire : Citibank accusée de négligence dans la prévention de la fraude

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
30 janvier 2024

Bataille judiciaire : Citibank accusée de négligence dans la prévention de la fraude

Le procureur général de New York a intenté une action en justice contre Citibank, alléguant que la banque n’a pas suffisamment protégé ses clients contre les activités frauduleuses et a refusé d’indemniser les victimes. La plainte accuse Citibank d’avoir enfreint la loi sur le transfert électronique de fonds (AELE), une loi obligeant les banques à rembourser les clients pour les pertes subies lors de transactions électroniques non autorisées.

Faiblesses des mesures de sécurité exposées

La plainte souligne diverses lacunes dans les procédures de sécurité de Citibank et dans la réaction face aux signaux d’alarme potentiels d’un comportement frauduleux. Les systèmes de la banque n’auraient pas répondu efficacement face à des appareils non reconnus, des lieux de connexion inconnus ou des modifications des informations d’identification bancaire des utilisateurs. La banque n’a pas non plus réussi à contrecarrer les tentatives de transfert de fonds de plusieurs comptes vers un seul, ce qui a permis aux fraudeurs de transférer rapidement de grosses sommes d’argent à partir des comptes des victimes.

Réponse insuffisante aux signalements de fraude

De plus, la plainte accuse Citibank de ne pas avoir ouvert rapidement d’enquêtes ou signalé les activités frauduleuses aux forces de l’ordre à la suite de plaintes de clients. Les victimes auraient connu de longs temps d’attente téléphonique lorsqu’elles signalaient une fraude, permettant ainsi aux fraudeurs de continuer à transférer des fonds volés vers des comptes bancaires externes. Des assurances trompeuses auraient été données aux clients quant à la sécurité de leurs fonds et des promesses de restitution des sommes volées auraient été faites sans que des mesures immédiates aient été prises.

Exploitation des règlements de l’AELE

L’enquête menée par le procureur général suggère que Citibank a profité d’une exception spécifique dans la réglementation de l’AELE, rejetant les demandes de remboursement des consommateurs et causant ainsi des pertes financières substantielles aux consommateurs new-yorkais. En proposant des options bancaires en ligne et mobiles pour les virements bancaires, Citibank devrait être tenue responsable et indemniser les victimes de fraude, à l’instar des protections offertes aux victimes de fraude par carte de crédit ou de débit électronique en vertu de la même législation.

Réponse de Citibank

En réponse à ces allégations, Citibank a déclaré qu’elle respectait strictement toutes les lois et réglementations applicables relatives aux virements électroniques et qu’elle s’efforçait activement d’empêcher les menaces d’affecter ses clients. La banque soutient qu’elle n’est pas obligée de rembourser les clients qui suivent les instructions des criminels sans montrer de signes de tromperie. Cependant, en réponse à l’augmentation récente de la fraude électronique, Citibank a mis en place des protocoles de sécurité, des outils de prévention de la fraude et des programmes d’éducation pour ses clients afin de réduire considérablement les pertes liées à la fraude électronique.

Actions antérieures contre les grandes banques

Ce n’est pas la première fois que le procureur général s’en prend aux grandes banques. Deux ans auparavant, il avait été à l’initiative d’un groupe de procureurs généraux exhortant les banques, dont JPMorgan Chase, Bank of America, U.S. Bank et Wells Fargo, à éliminer les frais de découvert sur les comptes des consommateurs. Son action en justice contre Citibank vise à mettre fin aux pratiques trompeuses et à obtenir une indemnisation pour les victimes qui se sont vu refuser un remboursement au cours des six dernières années, en plus des pénalités et des restitutions.

Conséquences juridiques pour Citibank

Citibank est maintenant confrontée à des conséquences juridiques pour avoir prétendument négligé de protéger ses clients contre la fraude et refusé d’indemniser les victimes. La plainte souligne le manque de garanties de sécurité de la banque et l’exploitation présumée d’une exception de la Loi sur le transfert électronique de fonds. En poursuivant cette action en justice, le procureur général cherche à tenir Citibank responsable et à obtenir une indemnisation pour les victimes de fraude. Cette affaire souligne l’importance de disposer de mesures de sécurité robustes et d’une réponse rapide aux activités frauduleuses dans le secteur bancaire.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.