Déclaration publicitaire

Citigroup annonce une perte de 1,8 milliard de dollars pour le quatrième trimestre

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
12 janvier 2024

Citigroup annonce une perte de 1,8 milliard de dollars pour le quatrième trimestre

Citigroup, l’une des plus grandes institutions bancaires des États-Unis, a annoncé une perte de 1,8 milliard de dollars pour le quatrième trimestre. Cette perte est due à plusieurs charges importantes liées à des risques à l’étranger, à une crise bancaire régionale et à une refonte de l’entreprise menée par la PDG, Jane Fraser. Ces frais, annoncés plus tôt dans la semaine, ont eu un impact significatif sur les bénéfices de la banque, les réduisant de 4,66 milliards de dollars, soit 2 dollars par action. Cependant, si ces charges avaient été exclues, le bénéfice aurait été de 84 cents par action, selon Citigroup.

Des progrès malgré les pertes : la refonte de l’entreprise par Fraser

Jane Fraser, PDG de Citigroup, a mis en avant les progrès significatifs réalisés dans la simplification des opérations de la banque au cours de l’année dernière, malgré des performances décevantes. En septembre, Fraser a annoncé son intention de procéder à une réorganisation complète de l’entreprise suite à l’échec des efforts précédents pour améliorer les résultats de la banque et le cours de l’action. Dans le cadre de cette restructuration, Citigroup prévoit de réduire ses effectifs de 20 000 personnes et de supporter jusqu’à 1 milliard de dollars d’indemnités de départ à moyen terme. La banque prévoit également de se retirer des opérations de négociation d’obligations municipales et de titres de créances en difficulté dans le cadre de son exercice de rationalisation.

Performance du chiffre d’affaires et perspectives d’avenir

Le chiffre d’affaires de Citigroup a diminué de 3 % pour s’établir à 17,44 milliards de dollars pour le quatrième trimestre. Toutefois, la banque a enregistré une hausse de 2 % de ses revenus après avoir exclu l’impact des cessions et des charges liées à l’exposition à l’Argentine. Malgré ces chiffres négatifs, les activités de services institutionnels, les services bancaires aux particuliers aux États-Unis et les services bancaires d’investissement de Citigroup ont affiché de bonnes performances.

Octavio Marenzi, PDG de la société de conseil Opimas LLC, a reconnu la performance apparemment médiocre des bénéfices de Citigroup, mais a souligné la résilience de l’activité sous-jacente de la banque. Il prédit que Jane Fraser, PDG de la banque, subira une pression croissante pour obtenir des résultats cette année.

Réaction du marché et comparaisons

Suite à l’annonce des résultats trimestriels, les actions de Citigroup ont augmenté de 2 % dans les échanges pré-marché. D’autres grandes banques, dont JPMorgan Chase et Bank of America, ont également publié leurs résultats plus tôt dans la semaine, tandis que Goldman Sachs et Morgan Stanley doivent publier leurs résultats mardi.

Défis économiques mondiaux et espoirs pour l’avenir

Les pertes déclarées par Citigroup reflètent les défis auxquels sont confrontées les banques pour naviguer dans un environnement économique mondial complexe et incertain. Des facteurs tels que la pandémie de COVID-19 en cours, les tensions géopolitiques et l’évolution du paysage réglementaire ont tous contribué à ces difficultés. Cependant, les efforts de Citigroup pour rationaliser ses opérations et se concentrer sur ses activités principales suscitent l’espoir d’une meilleure performance à l’avenir.

La perte de 1,8 milliard de dollars au quatrième trimestre met en évidence les défis auxquels Citigroup est confrontée, notamment les risques à l’étranger et une refonte de l’entreprise. Malgré cette performance décevante, les activités sous-jacentes de Citigroup ont fait preuve de résilience, en particulier dans les activités de services institutionnels, les services bancaires aux particuliers aux États-Unis et les services bancaires d’investissement. On s’attend à ce que Jane Fraser, PDG de la banque, soit soumise à une pression croissante pour obtenir des résultats au cours de l’année à venir. Cependant, les efforts continus de la banque pour simplifier ses opérations et se concentrer sur ses activités de base sont porteurs d’espoir pour une croissance future et une amélioration de la performance financière.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.