Déclaration publicitaire

Décision historique : les jetons cryptographiques de Terraform sont considérés comme des titres non enregistrés

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
31 décembre 2023

Décision historique : les jetons cryptographiques de Terraform sont considérés comme des titres non enregistrés

Dans une affaire qui a retenu l’attention de plusieurs personnes, un juge fédéral s’est aligné sur le point de vue de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis. Il a déclaré que quatre jetons cryptographiques proposés par Terraform Labs, dont UST et LUNA, sont des titres non enregistrés. Cette décision est un coup porté à l’interprétation de la loi sur les valeurs mobilières par l’industrie des crypto-monnaies, en contradiction avec une décision distincte du district sud de New York concernant le jeton XRP.

L’argument du juge

Le juge Jed Rakoff a affirmé que les quatre jetons proposés par Terraform sont des contrats d’investissement et qu’ils relèvent donc de la définition de valeurs mobilières selon le test de Howey, un précédent établi par la Cour suprême. L’argument des défendeurs selon lequel la loi américaine sur les valeurs mobilières est désuète et ne s’applique pas aux jetons cryptographiques a été rejeté par Rakoff.

Terraform Labs et les répercussions

Terraform Labs, reconnu pour son stablecoin algorithmique UST, a connu un succès significatif lors de la course haussière des crypto-monnaies de 2021. Cependant, en mai 2022, l’UST a perdu son ancrage à 1 $, ce qui a entraîné des pertes pour les investisseurs. Le cofondateur de Terraform, Do Kwon, a été arrêté par la suite, et la SEC a poursuivi Terraform Labs et Kwon pour fraude présumée en matière de valeurs mobilières.

Les défendeurs ont soutenu que l’UST et les autres jetons offerts par Terraform ne répondaient pas aux critères du test de Howey, car ils étaient conçus pour maintenir un ancrage de 1 $ et ne représentaient pas un investissement dans une entreprise commune. Ils ont également fait référence à une affaire distincte impliquant Ripple, où un juge a statué que le jeton XRP n’était pas un titre mais un contrat d’investissement dans des circonstances particulières.

Malgré ces arguments, le juge Rakoff a rejeté la requête en rejet de l’affaire, soutenant l’affirmation de la SEC selon laquelle les jetons de Terraform sont des titres non enregistrés. Il a noté que les détenteurs d’UST pouvaient déposer les jetons dans un protocole propriétaire pour obtenir un rendement, renforçant ainsi la classification des jetons en tant que titres.

Problèmes non résolus et implications pour l’industrie de la cryptographie

Alors que la décision de Rakoff porte sur le statut des jetons de Terraform en tant que titres, la question des réclamations pour fraude liées à la désolidarisation de l’UST reste non résolue. Rakoff a indiqué que les preuves de la SEC pour les allégations de fraude, qui proviennent de dénonciateurs tiers, devraient être présentées devant un jury.

Cette décision dans l’affaire Terraform a des implications importantes pour l’industrie de la crypto-monnaie, qui continue de se débattre avec les régulateurs. Elle met en lumière les défis auxquels les entreprises sont confrontées lorsqu’elles doivent naviguer dans le paysage réglementaire complexe entourant les actifs numériques et souligne la détermination de la SEC à réglementer le secteur et la nécessité de directives claires pour assurer la conformité.

Réactions et perspectives futures

Stuart Alderoty, le directeur juridique de Ripple, a commenté la décision, soulignant l’importance d’une base factuelle dans les jugements juridiques. Il a critiqué l’approche de la SEC en matière de réglementation des crypto-monnaies par le biais de litiges prolongés, jeton par jeton, la considérant comme une usurpation de pouvoir plutôt que comme une politique saine.

La décision rendue dans l’affaire Terraform ajoute à l’incertitude réglementaire entourant les actifs numériques. Alors que le secteur des crypto-monnaies se dirige vers 2024, il est confronté à de longues batailles juridiques et aux efforts continus de la SEC pour réglementer le secteur. L’impact de ces contestations juridiques sur l’avenir de l’industrie et la question de savoir si un cadre réglementaire plus clair émergera n’ont pas encore été déterminés.

En fin de compte, la décision de l’affaire Terraform symbolise un revers pour l’interprétation de la loi sur les valeurs mobilières par l’industrie de la cryptographie. Elle souligne la nécessité de directives et de cadres réglementaires plus clairs pour assurer la conformité et favoriser l’innovation dans le domaine des actifs numériques. Il est essentiel pour les entreprises et les régulateurs de collaborer et d’établir une approche équilibrée et durable de la réglementation des crypto-monnaies.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.