Des défis croissants pour l'économie de la zone euro dans un contexte de croissance lente et d'inquiétudes liées à l'inflation

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
9 mars 2024

Des défis croissants pour l’économie de la zone euro dans un contexte de croissance lente et d’inquiétudes liées à l’inflation

L’économie de la zone euro fait face à des perspectives exigeantes, les ajustements négatifs suggérant un scénario encore plus sombre. Malgré une croissance marginale au deuxième trimestre, l’analyse révèle des fragilités inhérentes. La prochaine réunion de la Banque centrale européenne (BCE) présente une probabilité de 33% d’une hausse de 25 points de base, mais certains acteurs du marché estiment que les chances d’une telle hausse sont sous-estimées.

Une inflation tenace dans la zone euro

L’inflation dans la zone euro demeure obstinément élevée, et l’inflation à long terme sur les prix du marché a récemment augmenté. Le taux d’intérêt de référence allemand à 10 ans et le swap d’inflation EUR 5Y/5Y suggèrent une tendance à la hausse des anticipations d’inflation. Si le marché continue de parier sur une inflation plus élevée, la BCE pourrait devoir adopter une position plus ferme pour s’attaquer au problème.

Chute des actions dans la région APAC et défis économiques mondiaux

En parallèle, les actions de la région APAC ont subi une chute et les indicateurs futurs laissent présager une séance difficile pour les bourses européennes et nord-américaines. Les inquiétudes concernant les prévisions économiques en Chine se sont intensifiées après que les données commerciales pour août se sont avérées inférieures aux prévisions. La balance commerciale s’est établie à 68,3 milliards de dollars, soit moins que les 73,9 milliards attendus. Les exportations et les importations se sont également considérablement contractées, intensifiant les inquiétudes concernant l’activité économique nationale et internationale.

De plus, l’excédent commercial de l’Australie pour le mois de juillet a été inférieur aux prévisions, alimentant les préoccupations économiques. L’AUD continue de lutter près de ses plus bas niveaux depuis 10 mois face à l’USD. La combinaison des faibles données commerciales de la Chine et de l’Australie met en évidence les défis auxquels l’économie mondiale est confrontée.

Prix du pétrole brut et volatilité de l’or

Les prix du pétrole brut ont légèrement baissé après une reprise robuste stimulée par des réductions de production et des stocks en diminution. Les prix de l’or au comptant ont fluctué autour de 1 920 dollars l’once, avec une volatilité à son plus bas niveau depuis février 2020.

En somme, le marché obligataire continue d’influencer le sentiment commercial et les investisseurs doivent surveiller de près ses mouvements. Les expirations de l’EUR/USD à 1,0740-50 pourraient limiter l’action des prix, tandis que le seuil des 1,0800 reste un niveau significatif à observer. Dans la paire USD/CAD, le chiffre de 1,3600 n’a pas de signification technique majeure.

La voie à suivre

À l’avenir, il est essentiel de prendre en compte le contexte et les tendances plus larges qui influencent l’économie mondiale. Les obstacles rencontrés par la zone euro, la Chine et l’Australie soulignent la fragilité de la reprise économique mondiale. Les banques centrales, comme la BCE, pourraient devoir prendre des mesures plus énergiques pour faire face à la hausse de l’inflation et soutenir la croissance économique.

En fin de compte, l’économie de la zone euro est confrontée à des défis importants, notamment une croissance faible, une inflation persistante et des conditions économiques mondiales imprévisibles. Il est essentiel que les décideurs politiques et les acteurs du marché suivent de près ces évolutions et prennent les mesures appropriées pour assurer une reprise durable et robuste.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.