La lutte concernant les frais de retard des cartes de crédit

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
11 mai 2024

La lutte concernant les frais de retard des cartes de crédit

Les frais de retard de paiement par carte de crédit ont longtemps constitué un fardeau pour les ménages américains. Cependant, une nouvelle règle fédérale visant à plafonner ces frais a été temporairement bloquée par un juge fédéral à Fort Worth. Le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) avait annoncé en mars cette règle qui limiterait les frais de retard de paiement à 8 dollars par mois, permettant ainsi aux ménages américains d’économiser potentiellement 10 milliards de dollars par an. Les banques et les lobbyistes des sociétés de cartes de crédit ont cependant porté l’affaire en justice, arguant que la règle est inconstitutionnelle. L’injonction préliminaire accordée par le juge Mark T. Pittman permet aux lobbyistes de poursuivre leur bataille juridique devant le tribunal de district des États-Unis.

Impact potentiel de la nouvelle règle du CFPB

La nouvelle règle du CFPB aurait eu un impact sur plus de 95% des soldes de cartes de crédit impayés et visait à mettre fin aux frais excessifs facturés par les sociétés de cartes de crédit. Selon cette règle, les émetteurs n’auraient été autorisés à facturer que des frais de 8 dollars, sauf s’ils pouvaient prouver que des fonds supplémentaires étaient nécessaires pour couvrir les frais de recouvrement. La Réserve fédérale a déjà tenté de limiter les frais de retard en 2010, mais une faille permettait aux banques et aux sociétés de cartes de crédit de facturer en moyenne 32 dollars par mois pour des frais de retard.

Opposition de l’industrie et contestations judiciaires

Le président Biden a exprimé son soutien à la règle, affirmant que le peuple américain en avait assez d’être exploité. Cependant, la Chambre de commerce des États-Unis, l’American Bankers Association et la Consumer Bankers Association, ainsi que trois associations commerciales du Texas, ont intenté une action en justice contre le CFPB et son directeur, Rohit Chopra. Ces organisations soutiennent que les plafonds de frais nuiraient à leurs sources de revenus. Il reste incertain quand ou si le nouveau règlement entrera en vigueur.

Le CFPB estime que la règle permettrait aux familles américaines d’économiser 10 milliards de dollars par an, mais les opposants à la règle affirment qu’elle redistribuerait les coûts vers ceux qui paient leurs factures à temps. Ils soutiennent que les plafonds de frais sont une mesure malavisée qui aurait un impact négatif sur l’industrie et entraînerait finalement des coûts plus élevés pour tous les consommateurs. Le procès du secteur bancaire vise à bloquer la réglementation et à maintenir la structure tarifaire actuelle.

La défense des consommateurs et la lutte pour des frais justes

Les groupes de consommateurs ont critiqué la décision, affirmant qu’elle nuirait aux utilisateurs de cartes de crédit à travers le pays. Ils soutiennent que les frais de retard élevés affectent de manière disproportionnée les consommateurs à revenu faible et modéré, en particulier les personnes de couleur. Malgré l’injonction temporaire, la bataille juridique concernant les frais de retard devrait se poursuivre, l’affaire pouvant même atteindre la Cour suprême.

La décision du juge fédéral de bloquer la nouvelle règle plafonnant les frais de retard des cartes de crédit est un revers pour la protection des consommateurs et l’aide financière pour des millions d’Américains. Alors que la règle visait à faire économiser des milliards de dollars aux ménages, l’entrée en vigueur de la réglementation reste incertaine. La bataille juridique en cours met en évidence les intérêts conflictuels entre les consommateurs et le secteur bancaire, et le résultat aura des implications pour l’avenir des frais de carte de crédit et de la protection financière des consommateurs.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.