La SEC rejette la demande de Coinbase pour l'élaboration de règles sur les crypto-monnaies

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
18 mars 2024

La SEC rejette la demande de Coinbase pour l’élaboration de règles sur les crypto-monnaies

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a rejeté une demande de Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies aux États-Unis, qui sollicitait l’élaboration de règles pour les transactions impliquant des crypto-monnaies considérées comme des titres. Coinbase avait déposé cette demande en juillet 2022, cherchant à obtenir une réglementation qui gouverne le trading et l’offre de titres via des plateformes numériques. Cependant, le président de la SEC, Gary Gensler, a annoncé la décision de la commission de rejeter cette demande, en citant trois raisons.

Les lois existantes sont suffisantes, selon la SEC

La première argumentation de Gensler repose sur le fait que les lois et réglementations actuelles couvrent déjà les crypto-monnaies. Il a souligné que Paul Grewal, le directeur juridique de Coinbase, avait mentionné le test Howey et la décision Reves dans la demande, qui sont des éléments clés du droit moderne des valeurs mobilières. Gensler a réfuté ces points, affirmant que les lois existantes sont suffisantes.

Le moment n’est pas approprié pour l’élaboration de nouvelles règles

Gensler a également déclaré que le moment choisi pour l’élaboration de la réglementation proposée par Coinbase n’était pas approprié. Il a précisé que la SEC sollicite actuellement des commentaires sur les règles relatives aux crypto-monnaies.

L’autorité de la SEC en matière de réglementation

Enfin, M. Gensler a souligné que la SEC possède le pouvoir de formuler des règles et qu’elle devrait être l’agence responsable de déterminer le calendrier et les priorités de son programme de réglementation. Les commissaires de la SEC, Hester Peirce et Mark Uyeda, ont conjointement critiqué cette décision, suggérant que les questions soulevées dans la demande devraient être abordées par le biais de tables rondes publiques, de communiqués de concept et de demandes de commentaires.

Suite à cela, Coinbase a déposé une ordonnance de mandamus pour contraindre la SEC à répondre à sa requête conformément à une ordonnance du tribunal. Après plusieurs dépôts judiciaires, la SEC s’est engagée à répondre à la demande de Coinbase d’ici le 15 décembre. Cependant, la SEC a rejeté la demande, poussant Coinbase à faire appel devant la Cour du troisième circuit, en contestant l’inaction de la SEC.

Coinbase se prépare pour un affrontement juridique avec la SEC

Le rejet de la demande de Coinbase survient alors que l’entreprise se prépare à se défendre contre des accusations distinctes déposées par la SEC. La SEC accuse Coinbase d’opérer en tant que bourse de valeurs mobilières, agence de compensation et courtier non enregistré. Coinbase nie ces allégations et devrait présenter sa défense devant un juge fédéral en janvier.

Débat sur le rôle des régulateurs

La décision de la SEC a déclenché un débat sur le rôle et l’autonomie des régulateurs dans l’élaboration des règles qu’ils appliquent. Alors que certains militent pour que les régulateurs disposent de la flexibilité nécessaire pour créer des règles adaptées aux industries émergentes comme celle des crypto-monnaies, d’autres estiment que les lois actuelles sont adéquates et devraient s’appliquer aux crypto-monnaies.

Le rejet de la demande de Coinbase et les litiges juridiques en cours entre la société et la SEC mettent en exergue la nécessité d’une clarté réglementaire dans le secteur des crypto-monnaies. L’absence de cadres réglementaires clairs et pratiques constitue un obstacle majeur pour ce secteur, entravant sa capacité à progresser et à opérer dans un cadre juridique bien défini.

À mesure que le secteur des crypto-monnaies continue de se développer, il sera essentiel pour les régulateurs de trouver un équilibre entre la protection des investisseurs et la promotion de l’innovation.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.