Déclaration publicitaire

Le jugement historique : Moore c. États-Unis

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
5 mars 2024

Le jugement historique : Moore c. États-Unis

La Cour suprême se prépare à examiner une affaire qui pourrait avoir un impact significatif sur le système fiscal américain et les propositions démocrates d’un impôt sur la fortune. L’affaire en question, Moore c. États-Unis, concerne un couple, Charles et Kathleen Moore, qui contestent leur facture d’impôt en vertu d’une disposition spécifique de la loi fiscale de 2017. Cette disposition, l’impôt sur le « rapatriement obligatoire », oblige les contribuables américains détenant au moins 10 % d’une société étrangère à payer un impôt unique sur leur part proportionnelle des bénéfices de la société.

Contestation de la constitutionnalité de l’impôt

Les Moore soutiennent que cet impôt est inconstitutionnel, car il taxe les gains non réalisés plutôt que le revenu réel. Ils affirment que cet impôt viole directement le 16e amendement, qui confère au Congrès le pouvoir de prélever des impôts sur « les revenus, quelle qu’en soit la source ». Le couple est fermement convaincu que les gains non réalisés ne devraient pas être considérés comme des revenus et, par conséquent, ne devraient pas être soumis à l’impôt.

Défense de l’impôt en tant qu’impôt sur le revenu

À l’inverse, l’administration Biden soutient que l’impôt est effectivement considéré comme un impôt sur le revenu et relève de la compétence du Congrès en vertu du 16e amendement. Ils arguent que la définition du revenu a été considérablement élargie au fil des ans et que la taxation des gains non réalisés est en ligne avec le droit et les pratiques fiscales établies.

Implications pour le système fiscal américain

Le verdict de l’affaire pourrait grandement influencer le système fiscal américain. Si la Cour suprême se range du côté des Moore, cela pourrait entraîner des contestations d’autres impôts basés sur les gains non réalisés, tels que ceux sur les sociétés de personnes, les sociétés S et d’autres entités commerciales. De plus, cela pourrait avoir un impact sur les propositions d’impôt sur la fortune, en créant un précédent pour la taxation de la richesse passive qui ne génère pas de revenus.

Cependant, si la Cour suprême confirme l’impôt, cela renforcerait la capacité du gouvernement à taxer les gains latents et pourrait potentiellement jeter les bases de la mise en œuvre d’un impôt sur la fortune. Cela fournirait également un fondement juridique pour d’autres impôts basés sur les gains non réalisés.

Attention portée par divers milieux

Cette affaire a suscité l’attention des experts fiscaux, des législateurs et des groupes de défense des droits. L’ancien président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a qualifié l’affaire de « défi malavisé » et a mis en garde contre ses implications potentielles pour le code fiscal. Les deux parties ont avancé des arguments sur l’impact potentiel sur les recettes publiques, avec des estimations allant de centaines de milliards à des milliers de milliards de dollars sur la prochaine décennie.

Impact sur l’avenir du système fiscal américain

La décision de la Cour suprême dans cette affaire influencera l’avenir du système fiscal américain et pourrait influencer les propositions démocrates d’un impôt sur la fortune. Elle déterminera également la définition juridique du revenu et la mesure dans laquelle les gains latents peuvent être imposés. Le tribunal devrait rendre sa décision d’ici la fin de son mandat, en juin.

L’affaire Moore c. États-Unis devant la Cour suprême a le potentiel de remodeler le système fiscal américain et d’influencer les propositions démocrates d’un impôt sur la fortune. L’affaire soulève des questions fondamentales concernant la définition du revenu et la taxation des gains latents. La décision de la Cour aura une influence importante sur les recettes du gouvernement et pourrait créer un précédent juridique pour de futures contestations fiscales.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.