Le réseau financier mondial qui soutient le Hamas

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
24 avril 2024 Temp de lecture : 3 min

Le réseau financier mondial qui soutient le Hamas

Le Hamas, groupe militant palestinien qui gouverne la bande de Gaza, a traditionnellement compté sur un réseau financier mondial pour financer ses activités et contourner les sanctions internationales. Cependant, les récentes violences provoquées par le groupe, causant la mort de centaines d’Israéliens, ont compliqué l’accès du Hamas aux fonds. En réaction à ces évènements, Israël a lancé son bombardement le plus destructeur sur Gaza depuis 75 ans de conflit et a pris des mesures pour geler les comptes liés au Hamas et empêcher les dons en crypto-monnaie.

Le réseau financier complexe du Hamas

D’après des experts et des responsables, le Hamas a mis en place un réseau financier sophistiqué pour canaliser le soutien d’organisations caritatives et de nations favorables à sa cause. Le groupe s’est appuyé sur diverses stratégies, notamment le transfert d’argent à travers les tunnels de Gaza et l’utilisation de crypto-monnaies, pour contourner les restrictions internationales croissantes. Bien que les crypto-monnaies aient été une source de financement efficace pour le Hamas, les pertes récentes ont forcé le groupe à abandonner cette méthode. Les transactions en crypto-monnaie peuvent être suivies, ce qui permet aux autorités de détecter et de saisir plus facilement les fonds associés au Hamas.

Soutien extérieur : l’Iran et le Qatar

Outre les crypto-monnaies, le Hamas a également bénéficié du soutien financier de pays comme l’Iran et le Qatar, en plus de recevoir des revenus provenant des impôts sur les entreprises et des dons de Palestiniens et d’autres expatriés. L’Iran, en particulier, contribue jusqu’à 100 millions de dollars par an aux groupes palestiniens, y compris le Hamas, comme l’a rapporté le département d’État américain. Ces fonds sont transférés par l’intermédiaire de sociétés écrans, de transactions d’expédition et de métaux précieux.

Depuis 2014, le Qatar a versé des centaines de millions de dollars d’aide à Gaza. Le financement du pays pour Gaza est transféré électroniquement du Qatar à Israël. Les responsables israéliens et de l’ONU transportent personnellement l’argent de l’autre côté de la frontière jusqu’à Gaza, où il est distribué aux familles dans le besoin et aux fonctionnaires. L’aide du Qatar a joué un rôle important dans le maintien de la stabilité et l’amélioration des conditions de vie des familles palestiniennes à Gaza.

L’évolution des tactiques de financement du Hamas

Malgré les tentatives de restreindre l’accès du Hamas aux canaux financiers traditionnels, les experts estiment que les tactiques de financement du groupe continueront de se développer et de contourner ces restrictions. Le Hamas a su faire preuve de résilience en découvrant d’autres méthodes pour recevoir des fonds, que ce soit par le biais de crypto-monnaies ou d’autres moyens. La capacité du groupe à s’adapter et à maintenir ses activités représente un défi permanent pour les autorités internationales.

Le défi à relever

Le Hamas s’est appuyé sur un réseau financier mondial pour soutenir ses activités, en utilisant diverses méthodes pour contourner les restrictions internationales. Alors que les événements récents ont aggravé les difficultés pour le groupe d’accéder à des fonds, le Hamas a démontré sa résilience en identifiant d’autres canaux de soutien. Le défi constant pour les autorités est de rester en avance sur l’évolution des tactiques de financement du groupe et de stopper le flux de fonds qui alimente ses activités.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.