Le taux de change EUR/USD : une baisse dans un contexte de volatilité

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
12 mai 2024

Le taux de change EUR/USD : une baisse dans un contexte de volatilité

Le taux de change EUR/USD a vécu une semaine mouvementée, marquée par des fluctuations alors que les traders analysaient les données économiques américaines, anticipant une possible dévaluation du dollar américain. La paire est restée stable sous le niveau de 1,0800, avec des signes de hausse progressive de l’euro.

Une semaine de réactions subtiles du marché

La semaine a débuté par des déclarations de responsables de la Réserve fédérale qui n’ont pas entraîné de réaction significative du marché. Les données économiques européennes ont montré des signes prudents de reprise, mais n’ont pas suffi à soutenir l’euro. En conséquence, la paire EUR/USD a évolué dans une bande étroite au-dessus du niveau de référence de 1,0700 pendant la majeure partie de la semaine.

Rapport sur l’emploi aux États-Unis : un catalyseur pour le mouvement

Le rapport sur l’emploi américain, publié jeudi, a été un déclencheur majeur de l’oscillation du marché. Les demandes initiales d’allocations chômage, corrigées des variations saisonnières, ont augmenté à 231K, atteignant le chiffre le plus élevé depuis novembre 2023. Cette hausse suggère un léger ralentissement du marché du travail, ravivant l’espoir que la Réserve fédérale puisse accélérer les baisses de taux. En conséquence, les actions ont grimpé et le dollar américain a continué sa descente.

Indice de confiance des consommateurs : une confiance en baisse

Vendredi, l’indice préliminaire de confiance des consommateurs de mai, évalué par l’Université du Michigan, a été publié. Il a révélé une baisse de la confiance des consommateurs, l’indice passant à 67,4 contre 77,2 en avril. Ce sentiment plus faible, associé à des anticipations d’inflation accrues, a exacerbé la pression sur le dollar américain.

Les opportunités manquées de l’euro

À l’inverse, l’euro n’a pas réussi à capitaliser sur des chiffres prometteurs liés à la croissance. L’indice final PMI des services de la zone euro s’est établi à 53,3, indiquant une expansion économique au début du deuxième trimestre. De plus, les ventes au détail dans l’UE ont augmenté de 0,8 % en mars, dépassant les attentes. Cependant, ces statistiques positives n’ont pas suffi à stimuler significativement les performances de l’euro.

La position prudente de la Réserve fédérale

Tout au long de la semaine, de nombreux intervenants de la Réserve fédérale ont réitéré leur point de vue prudent concernant les baisses de taux et l’importance d’une assurance renforcée pour l’inflation vers l’objectif de 2 %. Bien qu’il y ait eu un consensus sur le fait que la croissance économique est sur une trajectoire favorable, il n’y a pas eu de nouvelles perspectives susceptibles d’impulser l’activité du marché.

Regard vers l’avenir : l’inflation à l’honneur

La semaine prochaine, l’attention se portera sur l’inflation lorsque les États-Unis publieront mercredi l’indice des prix à la consommation (IPC) d’avril. Les investisseurs surveilleront également la publication de l’indice des prix à la consommation harmonisé allemand (IPCH) et des estimations du produit intérieur brut (PIB) de l’UE pour le premier trimestre. Ces données fourniront des informations supplémentaires sur la santé de l’économie mondiale et pourraient influencer la future trajectoire du taux de change EUR/USD.

Point de vue technique : peu de progrès

D’un point de vue technique, la paire EUR/USD a peu progressé cette semaine. Elle est restée en dessous du précédent sommet hebdomadaire à 1,0811 et a évolué sous une moyenne mobile simple (SMA) baissière de 20. La SMA 200 a constitué une résistance juste au-dessus du seuil des 1,0800, tandis que la SMA 100 a offert un support dans la région des 1,0630.

Le taux de change EUR/USD a connu une certaine instabilité cette semaine alors que les traders ont réagi aux données économiques américaines et se sont préparés à une baisse potentielle du dollar américain. Bien que l’euro ait montré des signes d’une tendance à la hausse, il n’a pas réussi à tirer pleinement parti des chiffres positifs de la croissance. À l’avenir, les données sur l’inflation influenceront probablement le sentiment du marché et guideront l’évolution future de la paire.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.