Déclaration publicitaire

Les décisions finales des banques centrales concernant les taux d’intérêt pourraient changer la donne pour 2024

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
11 décembre 2023

Les décisions finales des banques centrales concernant les taux d’intérêt pourraient changer la donne pour 2024

Un ensemble de grandes banques centrales est prêt à prendre ses décisions finales concernant les taux de l’année lors d’une semaine cruciale qui mettra à l’épreuve les attentes du marché en matière de baisses de taux au début de 2024. La Réserve fédérale américaine devrait entamer cette semaine décisive mercredi, ouvrant la porte à un « Super jeudi » où la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre, la Banque nationale suisse et la Norges Bank de Norvège se réuniront.

Anticipation par le marché d’une baisse des taux

Les investisseurs scrutent attentivement les déclarations de ces banques centrales, à la recherche d’indices sur le moment où la réduction des taux pourrait commencer l’année prochaine, alors que l’inflation continue de reculer par rapport à son plus haut niveau depuis des décennies. Le marché remet en question la crédibilité de la Fed, et il reste à voir qui en sortira vainqueur.

La Fed a tenté de contrer les prévisions du marché qui tablaient sur des baisses de taux drastiques l’année prochaine. Le président de la Fed, Jerome Powell, a averti plus tôt ce mois-ci qu’il serait « prématuré » de spéculer sur un assouplissement de la politique monétaire et a laissé entendre que la banque centrale serait « prête à resserrer sa politique s’il devenait approprié de le faire ».

Le marché contre Powell

David Neuhauser, directeur des investissements chez Livermore Partners, a souligné la différence de dynamique entre le marché et les récentes déclarations de Powell. M. Powell a souligné que la politique actuelle était « bien en territoire restrictif » et a mentionné que l’équilibre des risques entre l’exagération et la sous-évaluation était presque équilibré.

Regard sur la BCE

La réunion de la BCE sera scrutée par les investisseurs à la recherche d’indications que la banque centrale est prête à appliquer des baisses de taux rapides en 2024. L’inflation dans la zone euro, qui a dépassé les 10 % l’an dernier, s’est établie à 2,4 % en novembre, atteignant son plus bas niveau depuis plus de deux ans. La chute rapide des hausses de prix vers les niveaux cibles de 2 % de la BCE au cours des derniers mois a alimenté les prévisions des investisseurs en matière de baisses de taux au début de l’année prochaine.

Cependant, les responsables politiques ont averti les investisseurs que le « dernier kilomètre » de la lutte contre la désinflation pourrait être le plus difficile – et qu’il pourrait prendre deux fois plus de temps que la bataille pour ramener l’inflation sous la barre des 3 %. Les économistes de la Deutsche Bank ont avancé la date de la première baisse de taux de la BCE au mois d’avril, compte tenu des dernières données sur l’inflation et des commentaires officiels.

L’incertitude plane sur le calendrier de la baisse des taux

Les économistes de Pantheon Macroeconomics ont déclaré que si le consensus anticipe désormais la première baisse des taux de la BCE en juin de l’année prochaine, « nous pensons toujours que mars est un bon pari ».

Les décisions imminentes des banques centrales interviennent à un moment où l’économie mondiale est aux prises avec de nombreux défis, notamment les tensions géopolitiques et les différends commerciaux. Les mesures prises par ces banques centrales influenceront considérablement les marchés financiers et le sentiment des investisseurs.

Alors que les principales banques centrales s’apprêtent à prendre leurs décisions de fin d’année en matière de taux, les investisseurs sont à l’affût d’indices sur d’éventuelles baisses de taux. L’anticipation par le marché de baisses de taux agressives contraste avec l’approche prudente signalée par les responsables de la banque centrale. Les décisions prises par ces banques centrales façonneront non seulement le paysage de la politique monétaire, mais auront également des implications plus larges pour l’économie mondiale. La façon dont ces banques centrales parviendront à trouver un équilibre entre la stimulation de la croissance économique et le contrôle des pressions inflationnistes demeure incertaine.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.