Les taux d'intérêt ultra-bas : une arme à double tranchant

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
11 avril 2024

Les taux d’intérêt ultra-bas : une arme à double tranchant

Howard Marks, le fondateur d’Oaktree Capital, a récemment souligné les conséquences négatives des taux d’intérêt ultra-bas sur les habitudes d’investissement dans une note de service. Selon lui, ces taux encouragent de mauvais investissements et freinent l’activité économique. Au lieu de maintenir ces taux artificiellement bas, Marks a suggéré l’adoption de taux d’intérêt “naturels”. Ces derniers sont déterminés par l’offre et la demande de monnaie, sans l’intervention d’une banque centrale.

Le paradoxe des taux d’intérêt faibles

Marks a mis l’accent sur la période entre la grande crise financière et la pandémie, une période caractérisée par des taux d’intérêt faibles. Il a déclaré que cet environnement encourageait un comportement d’investissement préjudiciable. Bien qu’il soit reconnu que la réduction des coûts d’emprunt puisse stimuler l’économie, il y a un risque que la croissance se produise trop rapidement. Cela peut conduire à de l’inflation et à un resserrement de la politique monétaire. Ces fluctuations imprévisibles des politiques peuvent inhiber l’activité économique et créer des asymétries financières. Cela se produit lorsque les investissements à long terme effectués dans des conditions de taux bas sont sous-évalués lorsque la politique monétaire se resserre.

La dépréciation des actifs risqués

Par ailleurs, les taux d’intérêt faibles peuvent entraîner une inflation des prix des actifs. Cela se produit lorsque les actifs sans risque deviennent moins attractifs et que de plus en plus d’investisseurs se tournent vers les actions, l’immobilier et le capital-investissement. Ce changement peut conduire à un environnement spéculatif et à la formation de bulles d’actifs potentielles. De plus, les faibles taux d’intérêt sur les actifs plus sûrs signifient que les consommateurs qui n’investissent pas sur le marché boursier ne parviennent pas à faire fructifier leurs économies, ce qui amplifie les inégalités de richesse.

Les dangers de l’argent facile

Un accès facile à un crédit bon marché, facilité par des taux d’intérêt bas, peut conduire à de mauvais investissements et à une dépendance excessive à l’effet de levier. Les consommateurs les moins avertis pourraient être tentés d’emprunter pour financer des investissements qui seraient irréalisables dans un régime monétaire plus strict. Marks cite avec pertinence le défunt investisseur Charlie Munger, qui a dit : “Peut-être avons-nous une nouvelle version de la loi de Lord Acton : l’argent facile corrompt, et l’argent vraiment facile corrompt absolument.”

Regard vers l’avenir

Malgré les attentes actuelles du marché à l’égard d’une série de baisses de taux, Marks estime que les leçons tirées des effets négatifs de l’ère pré-COVID de l’argent facile pourraient freiner un retour à des taux ultra-bas à l’avenir. Des facteurs tels que le recul de la mondialisation et l’augmentation du pouvoir de négociation des travailleurs, qui ont un effet désinflationniste, pourraient également inciter la Réserve fédérale à maintenir une politique de taux d’intérêt suffisamment restrictive pour éviter une nouvelle vague d’inflation.

Les taux d’intérêt ultra-bas peuvent avoir des effets néfastes sur le comportement d’investissement et l’activité économique. Bien qu’ils puissent stimuler la croissance à court terme, ils peuvent entraîner de l’inflation, des asymétries financières, une inflation des prix des actifs et des inégalités de richesse. Il est donc essentiel que les décideurs prennent en considération les conséquences à long terme de la faiblesse des taux d’intérêt et adoptent une approche équilibrée pour assurer une croissance économique durable.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.