Déclaration publicitaire

Un juge fédéral déclare que les jetons cryptographiques de Terraform Labs sont des titres non enregistrés

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
29 décembre 2023

Un juge fédéral déclare que les jetons cryptographiques de Terraform Labs sont des titres non enregistrés

Dans une affaire majeure, un juge fédéral a pris le parti de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, déclarant que les quatre jetons cryptographiques de Terraform Labs sont des titres non enregistrés. Cette décision contraste avec une décision précédente concernant les jetons XRP et remet en question l’interprétation de la législation sur les valeurs mobilières par l’industrie de la cryptographie.

Les jetons cryptographiques de Terraform Labs

Terraform Labs, auparavant un projet crypto très réussi, avait mis en place quatre jetons, dont l’UST et le LUNA. L’entreprise a levé des milliards de dollars, soutenue par des investisseurs de renommée. Leur stablecoin algorithmique, l’UST, visait à maintenir un ancrage à 1 $ grâce à un système sophistiqué impliquant une crypto-monnaie secondaire, le LUNA.

Cependant, en l’espace d’une année, l’UST a perdu son ancrage à 1 $ de manière désastreuse, ce qui a entraîné des pertes pour les investisseurs, y compris les traders de détail. En conséquence, les prix de l’UST et du LUNA ont chuté, conduisant à l’arrestation du cofondateur de Terraform, Do Kwon, et à une bataille d’extradition en cours entre les États-Unis et la Corée du Sud.

Le procès de la SEC contre Terraform Labs

En février 2023, la SEC a poursuivi Terraform Labs et Kwon, les accusant d’avoir organisé une fraude en valeurs mobilières de plusieurs milliards de dollars par le biais de l’offre de titres non enregistrés, notamment l’UST et le LUNA, ainsi que deux autres jetons cryptographiques liés à l’écosystème.

Les accusés ont rétorqué en affirmant que la loi américaine sur les valeurs mobilières est obsolète et que les jetons cryptographiques ne correspondent pas à la définition conventionnelle des valeurs mobilières selon le critère de Howey. Ils ont soutenu que l’UST, un stablecoin conçu pour maintenir un ancrage à 1 $, ne constitue pas un investissement dans une entreprise commune avec des bénéfices attendus provenant des efforts des autres.

Le verdict du juge sur les jetons cryptographiques de Terraform

Le juge Jed Rakoff a rejeté cet argument, affirmant que les quatre jetons cryptographiques de Terraform étaient bel et bien des titres selon le test de Howey. Il a souligné que les détenteurs d’UST pouvaient déposer leurs jetons dans un protocole propriétaire développé par Terraform pour obtenir un rendement, validant ainsi encore plus ces jetons en tant que titres.

Bien que Rakoff n’ait pas tranché la question des allégations de fraude concernant la rupture de l’ancrage de l’UST, il a reconnu qu’il existait un véritable litige sur la question de savoir si un investisseur raisonnable aurait trouvé trompeuses les déclarations sur la rupture de l’ancrage de l’UST.

Les conséquences de la décision

Cette décision est cruciale car elle établit un précédent pour la classification des jetons cryptographiques en vertu de la loi sur les valeurs mobilières. Cela signifie également une divergence par rapport à une décision distincte sur le jeton XRP par un juge différent, ce qui complique davantage le paysage réglementaire pour l’industrie de la cryptographie.

La SEC a fait appel de la décision de Ripple à la cour d’appel du deuxième circuit des États-Unis, et il est probable que la question de savoir quand une crypto-monnaie constitue un titre finira par atteindre la Cour suprême.

Malgré ce revers pour l’industrie de la cryptographie, le procès par jury pour les réclamations restantes dans l’affaire Terraform Labs commencera en janvier 2024, offrant une occasion d’examiner plus en détail les preuves et les arguments présentés par les deux parties.

La décision selon laquelle les jetons cryptographiques de Terraform Labs sont des titres non enregistrés souligne le conflit en cours entre les régulateurs et l’industrie de la cryptographie sur la classification des actifs numériques. Au fur et à mesure que l’affaire se déroulera, il sera intéressant d’observer comment les tribunaux naviguent dans ce paysage complexe et évolutif et les implications potentielles pour l’avenir de l’industrie de la cryptographie.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.