Bank of America dépasse les prévisions de Wall Street grâce à un troisième trimestre rentable

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
25 avril 2024

Bank of America dépasse les prévisions de Wall Street grâce à un troisième trimestre rentable

La Bank of America (BofA) a dépassé les prévisions de Wall Street grâce à ses résultats du troisième trimestre, stimulés par une augmentation des revenus d’intérêts et une performance solide de ses divisions de banque d’investissement et de trading. La deuxième plus grande banque américaine a enregistré un bénéfice de 90 cents par action, surpassant les prévisions moyennes des analystes de 82 cents par action. Le segment des services bancaires aux particuliers de la BofA a également connu une hausse de 6 % de ses revenus, atteignant 10,5 milliards de dollars, tandis que les dépenses sur les cartes de débit et de crédit ont bondi de 3 %. Les commissions de banque d’investissement de la banque ont augmenté de 2 % pour atteindre 1,2 milliard de dollars, contrecarrant une baisse à l’échelle de l’industrie, tandis que les revenus de vente et de négociation ont augmenté de 8 % pour atteindre 4,4 milliards de dollars, marquant le plus haut niveau en plus d’une décennie.

La résilience de l’économie américaine alimente le succès de la BofA

Les performances de la BofA interviennent alors que l’économie américaine continue de faire preuve de résilience face à la hausse des taux d’intérêt. Un marché de l’emploi robuste et une situation financière saine ont incité les consommateurs à dépenser pour des biens, des voyages et d’autres activités. La hausse des coûts d’emprunt de la Réserve fédérale a permis aux prêteurs d’imposer des taux plus élevés sur les prêts, ce qui a entraîné une augmentation des revenus nets d’intérêts. Les revenus nets d’intérêts de la BofA ont augmenté de 4 % pour atteindre 14,4 milliards de dollars.

Préoccupations concernant le portefeuille d’investissements

Cependant, le portefeuille d’investissements de la BofA a été une source de préoccupations pour les investisseurs. Au début de la pandémie, la banque a enregistré plus de 109 milliards de dollars de pertes sur papier sur des bons du Trésor et des obligations hypothécaires à long terme. À mesure que les taux d’intérêt augmentaient, la valeur de ces actifs diminuait, entraînant une baisse du rendement des investissements. À la fin du troisième trimestre, les pertes sur papier de la banque s’élevaient à 136 milliards de dollars. Malgré cela, les analystes ne s’attendent pas à ce que la banque se débarrasse de ces actifs à perte.

L’impact de la hausse des coûts d’emprunt

Un autre défi pour la BofA est l’effet potentiel de la flambée des coûts d’emprunt sur sa clientèle. La banque a constaté une augmentation significative des radiations nettes, en hausse de 79 % par rapport à l’année précédente, et a alloué davantage de fonds pour couvrir les futures pertes sur prêts. Le directeur financier de la BofA, Alastair Borthwick, a également mis en garde contre un nouvel essor de la banque d’investissement, affirmant que la confiance dans les marchés des capitaux n’était pas totalement rétablie.

Des perspectives de croissance optimistes

Bien que l’action de la BofA ait été la moins performante parmi ses homologues des grandes banques cette année, la banque reste optimiste quant à ses opportunités de croissance. Le PDG, Brian Moynihan, a souligné la capacité de la banque à ajouter des clients et des comptes dans tous les secteurs d’activité, même dans une économie saine mais en ralentissement.

La performance impressionnante de la Bank of America au troisième trimestre, propulsée par des revenus d’intérêts plus élevés et une solide division de banque d’investissement et de négociation, a dépassé les attentes. Malgré les défis posés par son portefeuille d’investissement et la hausse des coûts d’emprunt, la banque reste confiante dans ses perspectives de croissance. Alors que l’économie américaine continue de faire preuve de résilience, la BofA est bien positionnée pour capitaliser sur les dépenses de consommation et maintenir sa rentabilité dans les prochains trimestres.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.