Des demandes frauduleuses nuisent au programme de crédit d’impôt pour la rétention des employés

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
23 juin 2024 Temp de lecture : 3 min

Le programme de crédit d’impôt pour la rétention des employés (ERC) est l’objet d’un examen minutieux suite à un afflux de demandes frauduleuses, incitant l’Internal Revenue Service (IRS) à solliciter l’aide du Congrès. Le commissaire de l’IRS a exprimé ses inquiétudes concernant l’usage abusif du programme par certains promoteurs et annonceurs, le comparant à une « ruée vers l’or » qui a généré des milliards de dollars de réclamations inappropriées. Malgré un moratoire mis en place l’automne dernier, l’IRS continue de recevoir environ 17 000 demandes par semaine.

Les demandes frauduleuses entravent les entreprises légitimes

La hausse des demandes frauduleuses a créé un arriéré à l’IRS, empêchant les entreprises légitimes d’obtenir les crédits d’impôt qu’elles méritent. Le commissaire a encouragé les législateurs à intégrer des dispositions « spécifiques à l’ERC » dans le projet de loi fiscale proposé par les sénateurs Ron Wyden et Jason Smith pour résoudre le problème.

L’examen interne de l’IRS révèle des abus généralisés

Un examen interne du processus de demande ERC par l’IRS a révélé une utilisation abusive significative, confirmant les inquiétudes relatives aux réclamations inappropriées. L’agence a initié 450 affaires criminelles liées à des demandes frauduleuses potentielles, totalisant près de 7 milliards de dollars. De plus, plusieurs demandes font actuellement l’objet d’une vérification. L’IRS envisage de rejeter des dizaines de milliers de demandes inappropriées à haut risque et de poursuivre ses actions civiles et pénales contre les promoteurs fiscaux abusifs.

Réponse de l’IRS à la fraude : augmentation de l’embauche et de l’application de la loi

Pour contrer la hausse des demandes frauduleuses, l’IRS révise son site Web dédié aux carrières et accentue son effort d’embauche. Au cours de l’exercice 2023, l’IRS a pourvu le plus grand nombre de postes équivalents temps plein en dix ans, avec 40 % dédiés à l’exécution et 44,8 % aux services aux contribuables.

L’avenir du programme ERC : relance ou remplacement ?

Initialement créé dans le cadre de la législation d’aide en cas de pandémie pour soutenir les entreprises touchées par la COVID-19, l’usage abusif du programme ERC a suscité des appels à sa suppression. Les législateurs envisagent de mettre fin au programme pour financer d’autres crédits d’impôt, notamment des crédits d’impôt aux entreprises et une expansion du crédit d’impôt pour enfants. Le remplacement du crédit proposé s’élèverait à environ 79 milliards de dollars, mais il rencontre la résistance des républicains comme des démocrates.

L’IRS est actuellement confronté à un déferlement de demandes frauduleuses pour le programme de crédit d’impôt pour la rétention des employés. L’agence sollicite l’aide du Congrès pour faire face à la situation et prend des mesures pour rejeter les réclamations inappropriées et sévir contre les promoteurs fiscaux abusifs. L’usage abusif du programme a provoqué un arriéré, empêchant les entreprises légitimes d’accéder aux crédits d’impôt auxquels elles ont droit. Alors que les législateurs envisagent de supprimer le programme pour rediriger les fonds vers d’autres crédits d’impôt, cette proposition rencontre de l’opposition. L’avenir du programme ERC est en jeu pendant que l’IRS poursuit sa lutte contre la fraude et s’efforce d’assurer l’attribution correcte des crédits d’impôt.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.