Hausse des contrats à terme sur actions américaines en raison de spéculations sur une baisse des taux de la Réserve fédérale

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
6 mai 2024

Hausse des contrats à terme sur actions américaines en raison de spéculations sur une baisse des taux de la Réserve fédérale

Les contrats à terme sur les actions américaines ont grimpé dimanche soir, suite à un rapport sur l’emploi moins robuste qui a ravivé les attentes d’une baisse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale. Les contrats à terme sur le Dow Jones Industrial Average ont augmenté de 66 points, soit 0,2 %, tandis que ceux sur le S&P 500 et le Nasdaq-100 ont tous deux augmenté de 0,2 %. La semaine précédente, le Dow Jones et le Nasdaq ont enregistré des gains respectifs de 1,1 % et 1,4 %, le S&P 500 ayant bondi de 0,5 %. Cette performance positive est attribuée au rapport sur l’emploi, qui a fait état de créations d’emplois moins importantes que prévu en avril et d’une augmentation du chômage. Ces données ont atténué les craintes d’une surchauffe de l’économie et alimenté les spéculations selon lesquelles la Fed pourrait réduire les taux d’intérêt.

Les investisseurs gardent un œil sur les taux d’intérêt dans un contexte d’évolution économique

Une baisse des taux d’intérêt serait perçue comme une évolution positive par les investisseurs, car elle stimulerait la croissance économique et pourrait soutenir les marchés boursiers. Le sentiment positif a été renforcé par l’annonce de Berkshire Hathaway, de Warren Buffett, d’une réduction de 13 % de sa participation dans Apple. Alors que la saison des résultats du premier trimestre touche à sa fin, les investisseurs restent concentrés sur les prochains rapports de sociétés clés comme Disney et Uber. Selon Emmanuel Cau de Barclays, la résilience globale des bénéfices au premier trimestre a limité le potentiel de baisse des actions.

Les présidents de la Fed fourniront de nouvelles informations sur les taux

Sur le front économique, des discours du président de la Fed de Richmond, Tom Barkin, et du président de la Fed de New York, John Williams, étaient prévus pour lundi. Ces événements devraient donner un aperçu supplémentaire des perspectives des taux d’intérêt. De plus, Warren Buffett a révélé que Berkshire Hathaway avait vendu la totalité de sa participation dans Paramount à perte. La société de médias a traversé une période difficile, avec une réduction des dividendes, des bénéfices inférieurs aux attentes et le départ du PDG qui ont contribué à une baisse de 24 % du cours de son action cette année.

Le marché du travail américain ralentit en avril

Malgré le sentiment positif sur le marché boursier, le marché du travail américain a montré des signes de refroidissement en avril. La croissance de l’embauche et des salaires a été plus lente que prévu, l’économie ayant créé 175 000 nouveaux emplois et le taux de chômage atteignant 3,9 %. Les économistes de Wall Street avaient prédit une hausse de 240 000 emplois non agricoles, le taux de chômage restant à 3,8 %. Le salaire horaire moyen a également augmenté moins que prévu, augmentant de 0,2 % sur le mois et de 3,9 % sur l’année. Les économistes s’attendaient à une hausse mensuelle de 0,3 % et à une augmentation de 4 % sur l’année.

Révisions des données de travail précédentes

Le rapport a également révélé des ajustements aux données précédentes, la croissance de l’emploi en février ayant été révisée à la baisse à 236 000 contre 270 000 et le rapport de mars révisé à la hausse à 315 000 contre 303 000. Ces révisions ont été une tendance au cours de la dernière année, les gains mensuels moyens de la masse salariale ayant été révisés à la baisse de 13 000 emplois. La durée hebdomadaire moyenne du travail est passée de 34,4 heures à 34,3 heures, et le taux de sous-emploi, qui comprend les chômeurs et les personnes marginalement rattachées à la population active, est passé à 7,4 %.

Les investisseurs anticipent d’éventuelles baisses de taux d’intérêt

Malgré le ralentissement du marché du travail, les actions se sont redressées à la suite de la nouvelle, les investisseurs l’interprétant comme une preuve à l’appui d’éventuelles baisses futures des taux d’intérêt par la Réserve fédérale. Le CME Group a indiqué que les probabilités d’une baisse des taux lors de la réunion de septembre de la Fed étaient d’environ 2 contre 1. Les investisseurs ont également estimé qu’il y avait moins de chances que la Fed maintienne ses taux d’intérêt dans sa fourchette actuelle de 5,25 % à 5,50 % d’ici décembre. Par secteur, c’est l’emploi dans le domaine des soins de santé et de l’assistance sociale qui a connu la plus forte croissance, représentant la moitié de la croissance globale de l’emploi non agricole. Le commerce de détail, le transport et l’entreposage ont été les seuls autres secteurs à connaître une croissance importante de la masse salariale.

Le ralentissement de la croissance des salaires renforce les arguments en faveur d’une baisse des taux

Le ralentissement de la croissance des salaires en avril renforce encore les arguments en faveur d’une future baisse des taux d’intérêt. Même si les données sur l’inflation restent supérieures à l’objectif de 2 % de la banque centrale, le ralentissement de la croissance des salaires suggère qu’il n’y a pas de pressions inflationnistes significatives. Cela conforte l’opinion selon laquelle l’économie s’oriente vers une baisse de l’inflation. Plus tôt dans la semaine, les données du Bureau of Labor Statistics indiquaient que les pressions salariales s’intensifiaient, mais le président de la Fed, Jerome Powell, a minimisé cette notion, affirmant que les mesures salariales avaient considérablement diminué par rapport à leurs sommets post-pandémiques.

Les perspectives boursières restent positives

En résumé, le marché boursier américain a connu un début de semaine positif suite à un rapport sur l’emploi plus faible que prévu. La possibilité d’une baisse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale a rehaussé le sentiment des investisseurs, qui espèrent stimuler la croissance économique. Cependant, le marché du travail a montré des signes de refroidissement en avril, avec un ralentissement de l’embauche et de la croissance des salaires. Malgré cela, les économistes estiment que le ralentissement de la croissance des salaires plaide en faveur d’une future baisse des taux d’intérêt. Dans l’ensemble, le marché boursier reste optimiste et les investisseurs surveillent de près les prochains rapports sur les bénéfices et les discours économiques pour obtenir de plus amples informations et anticiper les mouvements potentiels du marché.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.