Le ralentissement de la croissance de l'emploi aux États-Unis en octobre suscite des inquiétudes sur l'état du marché du travail

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
3 février 2024

Le ralentissement de la croissance de l’emploi aux États-Unis en octobre suscite des inquiétudes sur l’état du marché du travail

L’économie américaine a connu une diminution de la création d’emplois en octobre, présageant un ralentissement possible qui pourrait atténuer une partie de la pression exercée sur la Réserve fédérale dans sa lutte contre l’inflation. Le département du Travail a annoncé une augmentation de 150 000 emplois non agricoles au cours du mois, chiffre inférieur aux prévisions consensuelles du Dow Jones qui tablaient sur 170 000. Les grèves des Travailleurs Unis de l’Automobile ont participé de manière significative à ce déficit, provoquant une perte nette d’emplois dans l’industrie manufacturière.

Augmentation du taux de chômage

Le taux de chômage a atteint 3,9 %, un niveau inégalé depuis janvier 2022, allant à l’encontre des prévisions qui tablaient sur une stabilité à 3,8 %. L’enquête auprès des ménages, qui évalue le taux de chômage, indique une diminution de 348 000 travailleurs, tandis que le nombre de chômeurs a augmenté de 146 000. Par ailleurs, le taux de chômage élargi, qui prend en compte les travailleurs découragés et ceux qui occupent un emploi à temps partiel pour des raisons économiques, est passé à 7,2 %, soit une augmentation de 0,2 point de pourcentage.

Indications d’un ralentissement du marché du travail

La baisse de la création d’emplois et l’augmentation du taux de chômage sont perçues comme des signes d’un ralentissement du marché du travail. Les experts supposent que l’élan d’embauche qui a suivi la pandémie ainsi que celui de l’été se sont estompés, les entreprises se concentrant désormais sur le maintien de leurs employés. Becky Frankiewicz, directrice commerciale de la société de recrutement ManpowerGroup, a déclaré : « Le refroidissement hivernal frappe le marché du travail. »

Informations sur l’inflation et les salaires

Le rapport a également montré que le salaire horaire moyen, indicateur crucial de l’inflation, a augmenté de 0,2 % pour le mois, chiffre inférieur aux prévisions de 0,3 %. Cependant, l’augmentation de 4,1 % en glissement annuel a dépassé les attentes de 0,1 point de pourcentage. La semaine de travail moyenne a également légèrement diminué pour s’établir à 34,3 heures. La Réserve fédérale surveille de près les données salariales dans le cadre de sa veille sur l’inflation. Bien que l’inflation ait dépassé son objectif de 2 %, la banque centrale a décidé de ne pas augmenter les taux d’intérêt lors de ses deux dernières réunions.

Réaction du marché aux données sur l’emploi

Suite à la publication des données sur l’emploi, les marchés ont réduit la probabilité d’une hausse des taux en décembre à seulement 10 %, selon un indicateur du CME Group. Les contrats à terme liés au Dow Jones Industrial Average ont réagi positivement au rapport, gagnant 100 points. Par secteur, les soins de santé prennent la tête avec 58 000 nouveaux emplois, suivis par le gouvernement (51 000), la construction (23 000) et l’assistance sociale (19 000). En revanche, le secteur manufacturier a perdu 35 000 emplois, principalement en raison des grèves dans l’industrie automobile.

Révision des statistiques sur l’emploi

Le Bureau of Labor Statistics a également revu à la baisse ses chiffres pour les deux mois précédents. Le nouveau total de septembre est désormais de 297 000, en baisse par rapport à l’estimation initiale de 336 000, tandis que le mois d’août est passé de 227 000 à 165 000. Ensemble, ces révisions ont réduit de 101 000 les estimations initiales.

Prévisions de croissance future du PIB

Alors que la croissance de l’emploi à temps plein a dépassé celle de l’emploi à temps partiel, renversant ainsi une tendance récente, les chiffres globaux de la création d’emplois laissent présager un ralentissement potentiel de l’économie américaine. Cela intervient à un moment critique, la croissance du PIB étant prévue à la baisse après un troisième trimestre solide. Le rapport du Trésor prévoit une croissance du PIB de seulement 0,7 % et de 1 % pour l’ensemble de l’année 2024. La récente décision de la Réserve fédérale de maintenir les taux d’intérêt stables lors de sa deuxième réunion consécutive reflète sa volonté d’évaluer l’impact global des précédentes hausses de taux.

État du marché du travail

Le rapport sur l’emploi d’octobre a soulevé des préoccupations concernant l’état du marché du travail. Le ralentissement de la demande d’emploi et la croissance des salaires renforcent l’idée que la Fed est peu susceptible de relever davantage les taux au cours de ce cycle. Kathy Bostjancic, économiste en chef de Nationwide, a déclaré : « L’atténuation globale de la demande d’emploi et de la croissance des salaires renforce notre conviction que la Fed a terminé son cycle de relèvement des taux. De plus, cela confirme nos prévisions d’une légère récession au cours du premier semestre de 2024. »

Alors que des gains d’emplois ont été observés dans des secteurs tels que les soins de santé, le gouvernement et l’assistance sociale, le secteur manufacturier a connu un déclin, en raison des grèves de l’UAW. Le marché du travail, qui a défié les attentes d’un ralentissement au cours de l’année écoulée, montre maintenant des signes de faiblesse. Lydia Boussour, économiste en chef chez EY, a observé : « Le rapport sur l’emploi d’octobre a montré un net assouplissement des conditions du marché du travail, avec un ralentissement notable de l’embauche, un ralentissement de la croissance des salaires, une légère augmentation du taux de chômage et une semaine de travail plus courte. »

Avenir incertain face à un potentiel ralentissement du marché du travail

Le rapport sur l’emploi d’octobre indique un ralentissement potentiel du marché du travail américain, avec une création d’emplois inférieure aux attentes et une hausse du taux de chômage. La Réserve fédérale, déjà prudente en matière d’inflation, surveillera attentivement cette évolution. Le rapport suggère que le marché du travail pourrait se refroidir, entraînant une baisse de l’embauche et de la croissance des salaires. Alors que l’économie américaine est confrontée à des défis tels que la hausse des taux d’intérêt et la persistance de l’inflation, l’avenir demeure incertain.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.