L’économie américaine ralentit au T1 2024

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
26 avril 2024 Temp de lecture : 3 min

L’économie américaine ralentit au T1 2024

Au premier trimestre 2024, l’économie américaine a connu un ralentissement, avec une progression du produit intérieur brut (PIB) de 1,6 %. Cette croissance est inférieure au taux anticipé de 2,5 %. Cependant, les économistes ne sont pas particulièrement inquiets de cette décélération, car elle a largement été alimentée par des variations dans les stocks des entreprises et le commerce mondial, des éléments reconnus pour leur volatilité d’un trimestre à l’autre.

Un marché de l’emploi solide malgré le ralentissement de la croissance du PIB

En dépit du ralentissement de la croissance du PIB, le marché de l’emploi s’est maintenu, stimulant ainsi les dépenses de consommation. Cela indique que la demande sous-jacente au sein de l’économie reste forte et qu’il n’y a pas d’indicateurs clairs d’une récession imminente. Globalement, les économistes soutiennent que l’économie américaine demeure solide.

Accélération surprenante de l’inflation

Toutefois, le premier trimestre a été marqué par une poussée inattendue de l’inflation. Les prix à la consommation ont augmenté à un rythme de 3,4 %, en hausse par rapport à 1,8 % au trimestre précédent. Si l’on exclut les prix de l’alimentation et de l’énergie, l’inflation a atteint 3,7 %. Cette forte hausse de l’inflation suggère que les stratégies de la Réserve fédérale pour contrôler l’inflation pourraient avoir rencontré un obstacle.

Inquiétudes vis-à-vis de « l’atterrissage en douceur » de la Réserve fédérale

La combinaison d’un ralentissement de la croissance du PIB et d’une inflation plus élevée suscite des interrogations quant à la capacité de la Réserve fédérale à réaliser un « atterrissage en douceur » de l’économie. Un atterrissage en douceur se réfère à une décélération économique sans ralentissement notable. Les données montrent que l’inflation ne diminue pas comme prévu, ce qui pourrait influencer la décision de la Fed concernant les taux d’intérêt.

Les investisseurs ajustent leurs attentes

Les investisseurs ont révisé à la baisse leurs attentes concernant la diminution des taux d’intérêt par la Réserve fédérale, prévoyant une seule baisse cette année, alors que la projection initiale était de six baisses. Ce changement de sentiment a également ravivé les craintes de stagflation, une période de faible croissance économique couplée à une inflation élevée. La stagflation peut avoir un impact négatif sur la rentabilité, les dépenses de consommation et l’emploi.

Vers l’avenir

Dans le futur, les économistes observeront attentivement la réaction de la Réserve fédérale face à ces données et détermineront si elle modifiera sa politique monétaire. Le prochain indicateur clé à surveiller sera les données sur les dépenses de consommation personnelle (PCE) de mars, qui influenceront probablement les anticipations des investisseurs.

Au premier trimestre 2024, l’économie américaine a connu une décélération, caractérisée par un ralentissement de la croissance du PIB et une inflation accrue. Bien que les économistes ne manifestent pas d’inquiétude majeure concernant ce ralentissement, l’augmentation significative de l’inflation soulève des questions sur la capacité de la Réserve fédérale à effectuer un atterrissage en douceur. Les investisseurs surveilleront attentivement la réaction de la Fed et les prochaines données PCE pour évaluer la trajectoire future de l’économie.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.