Réflexions sur la crise bancaire : un an après l'effondrement

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
11 mars 2024

Réflexions sur la crise bancaire : un an après l’effondrement

Il y a un an, le secteur bancaire a été perturbé par l’effondrement de la Silicon Valley Bank, rapidement suivi par les faillites de Signature Bank et de First Republic. Ce trio d’institutions bancaires, plus important que les 25 qui ont fait faillite lors de la crise financière de 2008, a provoqué une onde de choc dans l’ensemble du secteur, conduisant à la création d’un fonds de sauvetage colossal, un effort conjoint du gouvernement et des plus grandes banques américaines, pour empêcher la crise d’engloutir l’ensemble du secteur. Cependant, au fur et à mesure que les réflexions sur les événements de l’année écoulée ont lieu, la relation entre les banques et les régulateurs devient de plus en plus tendue.

Les facteurs à l’origine de la crise bancaire

L’effondrement de la Silicon Valley Bank, un prêteur axé sur les clients de capital-risque et les start-ups, est le résultat de plusieurs facteurs. La banque avait massivement investi dans des actifs sûrs qui se sont dépréciés à mesure que la Réserve fédérale augmentait les taux d’intérêt. Lorsque les déposants anxieux ont commencé à retirer leur argent, les dirigeants n’ont pas réussi à les rassurer, ce qui a entraîné une panique bancaire. Signature Bank et First Republic ont connu des situations similaires, ayant toutes deux une exposition importante à l’industrie des entreprises en démarrage.

De nouveaux défis pour le secteur bancaire

Si l’industrie a réussi à se remettre de la crise, elle est aujourd’hui confrontée à de nouveaux obstacles. Les régulateurs ont suggéré des changements de règles, qui, selon les banques, entraveraient leurs activités sans s’attaquer aux causes sous-jacentes de l’effondrement. À l’inverse, les régulateurs soulignent l’escalade des risques sur les marchés de l’immobilier commercial et résidentiel et le nombre croissant de banques problématiques. Cela a entraîné un désaccord entre l’industrie et les régulateurs sur la manière d’éviter de futures crises.

Le rôle d’une croissance rapide et d’une mauvaise gestion des risques

Bruce Van Saun, directeur de Citizens Financial Group, la 14e plus grande banque des États-Unis, estime que les faillites bancaires de l’année précédente n’étaient pas seulement régionales, mais le résultat d’une croissance rapide, d’une concentration des dépôts et d’une gestion inadéquate des risques. Bien que le conseil d’administration et la direction soient responsables de ces manquements, le processus réglementaire aurait dû cerner ces lacunes et y remédier. L’industrie a dû faire face à une période d’examen minutieux et a travaillé dur pour regagner la confiance. Citizens Financial Group, par exemple, a prolongé ses heures d’ouverture et augmenté son personnel pour faire face à l’afflux de clients des banques en faillite, projetant ainsi une image positive de sa stabilité.

Défis futurs et solutions potentielles

L’industrie doit surmonter les obstacles posés par la morosité des prêts immobiliers commerciaux en raison des taux élevés d’inoccupation des bureaux. De nombreux propriétaires de bureaux ont dû réduire considérablement leur loyer ou vendre des propriétés à perte, ce qui a entraîné des retards de paiement potentiels. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a mis en garde contre des faillites bancaires imminentes en conséquence. Cependant, M. Van Saun souligne l’importance de la composition du portefeuille d’une banque, certains secteurs, tels que l’industrie et les sciences de la vie, faisant preuve d’une plus grande résilience.

S’adapter à l’évolution des conditions du marché

Au fur et à mesure que l’industrie progresse, elle doit s’adapter à l’évolution des conditions du marché. Comme on prévoit que les dépôts coûteront plus cher, il devient essentiel pour les banques de décider stratégiquement où elles prêtent ces dépôts. L’accent est mis sur la consolidation de l’assiette des dépôts et la prise de décisions prudentes en matière de prêts. Bien que des défis persistent, comme les récentes difficultés de la New York Community Bank, le secteur dans son ensemble est mieux équipé pour faire face aux crises futures.

En conclusion, le secteur bancaire a considérablement évolué depuis l’effondrement de la Silicon Valley Bank et les faillites qui ont suivi. Les événements de l’année écoulée soulignent l’importance d’une gestion rigoureuse des risques et d’une surveillance réglementaire. Malgré les tensions persistantes entre les banques et les régulateurs, le secteur fait des progrès pour relever ses défis. En tirant les leçons des erreurs du passé et en s’adaptant à l’évolution des conditions du marché, les banques sont mieux préparées à se protéger et à protéger leurs clients à l’avenir.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.