Une séance de trading en dents de scie pour le soja

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.
15 mars 2024

Une séance de trading en dents de scie pour le soja

Les céréales, telles que le soja, le maïs et le blé, ont connu une journée de négociation fluctuante jeudi. Le soja a d’abord connu une hausse, mais a finalement clôturé en baisse en raison d’une pression de vente accrue et d’une remontée du dollar américain. Une hausse initiale à deux chiffres a vu le soja atteindre un pic juste au-dessus de 12,17 $, avant de rencontrer une résistance graphique. Cette reprise a incité les agriculteurs à vendre, ce qui indique que ces derniers se débarrassent du soja tout en conservant davantage le maïs. De plus, l’affaiblissement du marché du blé a contribué à la baisse du soja.

Annulations pour le soja brésilien et le blé chinois

AgroConsult a révélé que la production de soja au Brésil s’élevait à 152,2 millions de tonnes métriques (mmt), un chiffre supérieur aux estimations de la Conab. D’autre part, le blé a subi une pression vendeuse tout au long de la journée, la Chine ayant annulé 1 million de tonnes métriques de blé australien. Cette annulation fait suite à des annulations précédentes de blé français et américain. Il est spéculé que la Chine cherche à obtenir de meilleurs accords de blé avec la Russie, étant donné que cette dernière a un excédent de la récolte de l’année dernière et que le rendement de cette année devrait atteindre un niveau record. Un tel excédent a entraîné une chute des prix du blé russe à moins de 200 dollars la tonne métrique, ce qui a eu pour effet de faire baisser les prix mondiaux.

L’influence de l’indice du dollar américain et la résistance du maïs

La vigueur de l’indice du dollar américain a également eu un effet dissuasif sur le marché du blé et sur l’ensemble du secteur agricole en réaction à l’indice des prix à la production (IPP). Malgré des exportations hebdomadaires de maïs élevées à hauteur de 50,5 millions de boisseaux et une offre du Mexique pour près de 4 millions de boisseaux, le maïs a également rencontré une résistance sur les graphiques. L’affaiblissement du marché du blé a impacté le maïs, mais le marché n’a pas tenu compte des nouvelles positives et n’a pas réussi à maintenir sa reprise.

Pertes importantes sur le marché des bovins vivants

Concernant le marché des bovins vivants, les prix ont d’abord atteint de nouveaux sommets avant de subir des prises de bénéfices et des pressions à la vente, entraînant des pertes importantes. Les ventes sans risque et le creux de la campagne de commercialisation des exportations ont également contribué à la baisse. Bien que les liquidités légères dans le nord étaient à 300 $ et que les prix des bovins vivants variaient de 188 $ à 190 $, montrant une hausse, les contrats à terme ont eu du mal à trouver un soutien.

Les conditions météorologiques : un acteur crucial sur les marchés

À l’avenir, les conditions météorologiques joueront un rôle important sur les marchés agricoles. Don Roose, de U.S. Commodities, suggère que l’accentuation de la sécheresse et un possible passage d’El Niño à La Niña pourraient influencer les marchés. Si ce changement se produit, il pourrait en résulter un été plus chaud que la moyenne, ce qui pourrait affecter la production agricole.

Impact des conditions météorologiques sur les marchés du blé et du bétail

Sur le marché du blé, M. Roose indique que les conditions météorologiques, en particulier la sécheresse dans la ceinture de blé de force rouge d’hiver, devraient instaurer une prime météorologique. De plus, la forte demande intérieure, stimulée par des conditions météorologiques plus chaudes que la normale dans une grande partie des États-Unis, a dynamisé le marché des bovins vivants.

En conclusion, les marchés céréaliers ont connu des fluctuations, le soja ayant d’abord bondi, mais ayant finalement terminé en baisse en raison de la pression vendeuse et de la remontée du dollar américain. Le blé a subi une pression vendeuse en raison des annulations de la Chine et de la concurrence du blé russe, moins cher. Malgré de fortes exportations hebdomadaires, le maïs a rencontré une résistance sur les graphiques. Le marché des bovins vivants a atteint de nouveaux sommets avant que les prises de bénéfices et la pression des couvertures ne provoquent des pertes. L’aggravation de la sécheresse et une transition potentielle vers La Niña seront des facteurs clés qui influenceront les marchés à l’avenir.

Cet article a été vérifié par plusieurs sources indépendantes. Nous avons utilisé des outils IA pour en faciliter la lecture.